Welcome to wordfrom

We interview artists.
We photograph them.
We put the result here.

Make sure you don’t miss out :

wordfrom

part of vice content network
fishbach_cover

Fishbach

Interview — Mohamed Sqalli
Photography — Jean-Baptiste Sinniger

share

Ça faisait 3 ans qu'elle était dans le radar. Je la situais encore au fin fond des Ardennes, reprenant d'obscurs artistes 80 dans des bars qui le sont encore plus. Puis un soir, je l'ai vu monter sur la petite scène du Silencio, toute seule, danse saccadée ambiance Black Lodge. Elle a mis Play à son magnéto et elle nous a emmenés. La conversation ci-dessous est celle qu'on a eu juste après.

(Très long échange sur les Bewitched Hands et les différents projets d’Anthonin Ternant depuis 5 ans)

Bon, on a 2 possibilités : soit on continue notre thèse sur Anthonin Ternant, soit on fait l’interview de Fishbach, t’en dis quoi ? 

Bon, ok on y va.

Cool. Bon, est-ce que c’est abusé de ma part de trouver un parallèle entre tes grosses influences 80’s et tes origines ardennaises ? Dis-moi, hein. 

Du coup, je suis une grosse menteuse. Je ne suis pas née dans les Ardennes. Mes parents sont Ardennais. Quand ils ont voulu faire des enfants, ils sont allés en Normandie. Tu connais, c’est ce fantasme d’élever ses enfants à la mer. Je n’ai atterri dans les Ardennes qu’à 15 ans. Et c’est là que ma vie a commencé. Terre accueillante. Patrie incroyable. Terre de frustration. Terre d’après-guerre. Terre où j’ai découvert le rock. On pouvait répéter dans des lieux incroyables. Faire du bruit très très fort dans des casernes désaffectées. Sinon, oui, mes influences 80’s viennent de mes parents. Ils n’écoutent pas de musique mais quand ils étaient avec leurs potes, ils écoutaient Desireless, Modern Talking, …

C’est un des trucs qui m’impressionnent le plus dans ce que tu fais. Cette connaissance encyclopédique du kitsch musical français. Que ce soit sur ta page Facebook ou même dans les reprises que tu fais, tu sors quand même quelques perles.

C’est vrai que j’adore ça. Même si souvent les paroles sont abusées, quand tu passes ça en soirée tu peux pas résister. C’est physique. Et je vais danser. Et on rigole. C’est fondamental, ça traverse tous les milieux, toutes les influences.

0000013

Je suis tombé sur un truc sur Youtube qui était assez intéressant. C’est une vidéo de toi qui joue La Babouche de Salim Halali dans un petit bar des Ardennes.

J’ai vu pas mal de films fantastiques, de science-fiction et je pense qu’inconsciemment je suis séduite par la musique orientale. (Murmures) Et puis aussi, j’ai rencontré un garçon…

Il vient d’Arabie ?

Pas du tout. Il était argentin. Ce garçon a mis dans un mix cette chanson et il m’a lancé le défi : « si tu le reprenais guitare-voix ce serait sympa ». J’étais très amoureuse de lui, il fallait que je l’impressionne. 

Et tu la chantes plus ?

Ca dépend. J’ai plein de chansons, mais parfois j’ai plus très envie d’en jouer certaines. A cause des garçons, quand on s’aime plus. Bref.

Il y a un truc qui se passe autour de toi en ce moment, tu as dû le remarquer. Tu es dans tous les blogs, dans Les Inrocks. Bref, tu pèses. Mais ça n’a pas toujours été le cas. Moi qui te suis depuis 3 ans maintenant, j’en sais quelque chose. Il s’est passé quoi ?

Ben pas grand chose, à part que je ne suis plus toute seule. Mais pour te raconter un peu tout, voilà. Je n’avais jamais fait de musique jusqu’à ce groupe qui s’appelait Most Agadn’t qui était un duo … J’ai rencontré un type, c’était Baptiste Bethune, ROI de Sedan. Personnage totalement incroyable, un performer expressionniste. Je faisais des petites vidéos, du dessin… J’aimais m’exprimer. J’avais 15 ans, j’étais gamine. On a fait ce groupe, jusqu’à ce que ça s’arrête et que je commence à faire des petites chansons sur Garage Band sur iPad toute seule. J’ai pris le temps de vivre, de me remettre, d’écrire…

0000011

Quand tu dis ça, j’ai l’impression que tu as 37 ans… Alors que tu es encore toute jeune.

Non il ne s’est pas passé tant de temps que ça avant qu’on me réinvite à faire des scènes. J’adorais délivrer mes chansons en live mais mes maquettes faites à la maison, je n’osais pas les envoyer parce que pour moi, c’était pas suffisamment abouti. Mais mon ingé son m’a encouragé à les envoyer à des gens, dont Michel d’Entreprise. Et ça s’est fait très rapidement, pile au bon moment.

Du coup, tu les as enregistrées où tes chansons ?

C’était marrant, il fallait faire un EP. On s’est dit « on fait quoi, on prend un réal, un DA ? ». Et finalement on a pris un mixeur, Stéphane Briat. Un chic type, avec qui je m’entendais bien et il m’a dit « tu sais quoi, on n’enregistre rien, on pousse les boutons. On garde ton petit bouillon ». On a poussé les petits boutons, on a mis de la reverb PARTOUT. Et ça a fait un disque.

Ok. Moi qui pensais que pendant tout ce temps-là, tu étais dans les Ardennes…

Non, j’étais déjà un peu à Paris. J’étais amoureuse, et j’avais du travail, j’étais au Château de Vincennes. J’adorais mon métier. Je vagabonde, j’ai 3 maisons… Mais ça me va. 

Et ça ressemble à quoi, la scène musicale à Charleville-Mézières ?

C’était ultra métal. Je me rappelle de la première fois où on a présenté notre projet à des copains, ils nous ont dit « hé mais c’est la musique de La Soupe aux Choux ! ». Atmosphère rock donc, avec en plus le fait de pas savoir qui on est : est-ce qu’on est Belges ? Allemands ? Ca fait 200 ans qu’on ne sait pas de quel pays on est. Avec la frustration des guerres, il se crée quelque chose. Dans une zone sinistrée en plus, où il n’y a pas de travail …

0000009

MAIS, POINT POSITIF, VOUS AVEZ UN SANGLIER GEANT ! QUI EST TRES BEAU.

Tu veux vraiment qu’on en parle ? Il aurait été placé sur une colline, ç’aurait été très joli. Mais non, ils nous l’ont placé dans une station Total ! Ce qui n’encourage pas à découvrir la région !

… Mais les gens découvrent la station Total !

Les gens rigolent, surtout. Arrêtez de nous symboliser avec ça ! Faites comme Patti Smith, allez sur la tombe de Rimbaud. J’aimerais toujours Rimbaud pour une chose, c’est qu’il nous a ramené Patti Smith. Elle vient tous les 3-4 ans se recueillir sur sa tombe et à chaque fois qu’elle vient, grande dame, elle vient faire un concert au théâtre. Ca donne l’occasion à des espèces d’engins comme moi de se prendre une leçon de musique.

Quand les médias parlent de toi, tu es souvent associée à Catherine Ringer, Julie Pietri, Mylène Farmer, … C’est que des filles qui ont un peu un grain. Du coup, comment tu le prends ? Est-ce que tu es folle ? 

Qu’est-ce que t’en penses toi ? Tu me vois évoluer devant toi. J’ai pas de recul du tout sur ma personnalité. On m’a dit Catherine Ringer quand j’étais avec mon premier groupe. Je ne connaissais que Marcia Baila parce que ça passait dans les soirées de mes parents.

Les fameuses soirées…

Je connaissais pas quoi. J’ai découvert le premier album des Rita Mitsouko avec Stéphane Briat justement quand on a mixé mon disque. J’ai pas fait exprès de faire ça, mais si les gens veulent m’assimiler aux Rita Mitsouko, qu’est-ce que tu veux que je fasse ? Tout me va, comparez-moi. 

0000008

Sinon, tu comptes rester toute seule sur scène ou tu veux ajouter d’autres gens ?

Au début, j’étais un peu complexée de jouer avec des bandes enregistrées. C'était un peu l’arnaque quoi… Mais là, j’ai envie de pousser le truc à l’extrême. Je veux être la nana qui interprète, seule avec son micro. Je veux qu’on soit dans le spectacle. Un concert, c’est un spectacle. Je veux que tu restes devant la scène et que tu passes le moment avec moi. Pas que t'ailles te chercher un gueuleton au bar. Je vais pousser le truc solo et puis… Evidemment… Evidemment...

Ouais, tu vas pas faire l’Olympia toute seule, quoi.

Ouais, par exemple, mais je pensais plutôt au Stade de France. Non le Stade, je vais pas le faire toute seule. Je vais prendre AC/DC en backing band. Blague à part, c’est en prévision, mais déjà allons au bout de la nana toute seule dans l’extrême total.

C’est ça qui est cool, qui est le plus intrigant au final. C’est de te voir arriver toute seule et d’assumer.

Oh mais moi je suis bien toute seule !

READ WORDFROM OTHERS