Welcome to wordfrom

We interview artists.
We photograph them.
We put the result here.

Make sure you don’t miss out :

wordfrom

part of vice content network
cover

Marble Arch

Interview — Mohamed Sqalli
Photography — Charlotte Robin

share

Marble Arch est une anomalie. Comment ce français a-t-il pu déjouer les implacables mandibules de la machine à formater du rock à la française ? Sûrement en étant un vrai sensible. Loins des SMAC, près du coeur.

Hello Yann, how are you ?

Well, I’m good. I’m finishing my 2nd album right now. I try to prepare the release better than for the first one.

Salut Yann, comment ça va ?

Ben écoute ça va. Je suis en train de terminer le 2ème album de Marble Arch, en essayant de préparer la sortie un peu mieux que le précédent. Je l’avais mis sur internet au mois de juin sans prévenir personne.

It’s been two years now since you released your debut album. How did it go?

These two years were full of surprises. I released this album for myself in the beginning. I never expected it to have so much coverage. I just put it on the internet on June 2014 without telling anyone.

Tu dresses quoi comme bilan de ces 2 ans passés ?

J’ai eu pas mal de surprises. J’ai vraiment sorti cet album pour moi au début. Je ne m’attendais pas à cette couverture médiatique. Pareil pour les concerts, on est pas mal venu vers moi sans que je m’y attende.

marble_arch

You didn’t insist that much on promoting it, right ?

Not really. I didn’t know anyone in the business. I have always made music with bands. Everything else but the music was new to me. Even now, I have to look for labels to release my album, but it’s not very natural for me.

Tu n’as pas la sensation d’avoir poussé plus que ça…

Pas vraiment, je ne connais pas ce milieu. J’ai toujours fait de la musique avec des groupes. Tout ce qu’il y a autour me paraît nouveau. Là je dois m’attaquer à chercher des labels, c’est pas très naturel pour moi.

On this next album, did you decide to become the official promoter of your project? Marlon or Pablo, who are the leaders of similar projects like La Femme or Moodoid are the first publicist of their bands.

I met them several times. It’s true what you’re saying, even if Pablo seems more shy. They’re real personalities. I don’t know if I’m like them. It’s a real job. You have to force yourself into it.

Sur le prochain album, tu t’es donc décidé à devenir une sorte de VRP de ton projet ? Parce que quand tu y regardes de plus près, ils sont tous un peu les premiers RP de leurs projets. Quand tu regardes les projets des gens de ta génération : Pablo Padovani, Marlon de La Femme, ils incarnent leurs projets et ils vont le vendre véritablement.

Je les ai croisés plusieurs fois en soirée. C’est vrai qu’ils sont un peu comme ça, même si Pablo semble un peu plus réservé… C’est des personnages. Je sais pas si je suis comme eux. C’est un vrai boulot. Il faut se faire violence un peu, ça fait partie du truc. Sur le 2ème, je vais essayer de m’organiser un peu.

000001w

Many people discovered you thanks to Hedi Slimane’s Paris Session. How did it feel to be part of it?

It was surprising, all the more so than most of the other bands have a bigger notoriety. I was flattered, even though I don’t have a clue on how I landed there.

Pas mal de gens ont dû te découvrir à travers la Paris Session d’Hedi Slimane. Comment tu as vécu le fait d’y être associé ?

C’était surprenant, surtout que la plupart des autres groupes avaient plus de notoriété. J’étais assez flatté, même si je n’ai jamais vraiment su comment je me suis retrouvé là-dedans.

How did the shoegaze boy that you are, always hidden behind tons of glitch and reverb, deal with the superficiality of the Saint Laurent shows?

Well, it’s odd. There are unfashionable celebrities as well as people that you admire totally. There are also young people who come from the Los Angeles suburbs who release their first album. It’s a strange mix. You see the guys from Diiv and the Daft Punk. You don’t really know what to say in this case but it’s really funny.

Comment le garçon qui se cache derrière des kilos de reverb et de glitch a vécu les mondanités des défilés Saint Laurent ? C’est un peu impitoyable, non ?

Ecoute, c’est spécial. Il y a de tout, des célébrités ringardes comme des gens que tu admires. Aussi, des jeunes qui débarquent de la banlieue de Los Angeles et qui sortent leur premier album. C’est un drôle de mélange. Tu croises les mecs de Diiv ou les Daft Punk. Tu ne sais pas trop quoi dire à ces moments-là mais c’est très marrant.

And as for the photos, what did you think of them?

Same, I was really surprised. You wake up one morning and people tell you “look! You’ve been tagged by Saint Laurent on Facebook!”

Et les photos en elles-mêmes tu en as pensé quoi ?

Pareil, j’ai été très surpris. Tu te réveilles un matin on te dit « regarde t’es taggé sur Facebook par Saint Laurent ».

000005W

What did you think of the photos’ aesthetics? You have this nostalgic 70’s rock vibe that is the trademark of photographers like Mapplethorpe or Corbijn. As if Hedi Slimane tried to invent a link between classic rock and the current indie scene. Even if it has nothing to do with neither economically nor visually.

It’s true. It’s a real shock to see your face on this kind of photos, especially when you just released your first album for free on the internet and when you’re more into lo-fi stuff like disposable Kodak cameras or Polaroids. That being said, it’s Hedi Slimane’s work and I find it awesome.

Et en ce qui concerne l’esthétique de ces photos ? Il y a ce truc très nostalgique à la Mapplethorpe ou Corbijn. Comme s’ils essayaient d’inventer un lien entre le rock classic avec ses figures tutélaires et le rock d’aujourd’hui qui n’a plus rien à voir ni économiquement, ni visuellement, ...

C’est vrai que c’est assez impressionnant de se retrouver avec ce genre de photos quand on vient de sortir son premier album sur internet et qu’on est en mode lo-fi avec nos Polaroid et nos Kodak. Après, c’est le travail d’Hedi Slimane et je trouve ça super cool.

Your universe isn’t as dichotomous. It’s more glitched, more dreamy, more nostalgic. You’re more of a dreamer. Do you think that our era still allows us to dream?

It’s paradoxical. We still have the right to dream but we’re all stuck into shitty situations. But it’s ok for me. It’s the kind of dreams I like: the melancholic dream. But in the next album, there will be less of that. Less mourning. (smiles)

Ton univers à toi il n’est pas aussi martial. Il est plus glitché, il est onirique, nostalgique. Tu es beaucoup plus un rêveur. Est-ce que tu penses qu’on est dans une époque qui nous laisse encore le droit de rêver ?

Compliqué. On a le droit de rêver, mais c’est un peu la galère aussi. Mais c’est un peu mon genre de rêve à moi. Le rêve un peu mélancolique. Le rêve un peu gris. Mais justement dans le prochain album, il y aura un peu moins de ça. Un peu moins de chiale. (sourire)

Untitled-1ww

Are you more confident now?

Yes, a little bit. In the new album, my voice will be less hidden; everything will be more spontaneous, more pop.

Tu as pris la confiance ?

Ouais un peu. Il y aura moins de timidité, moins de voix cachées et plus de spontanéité. Un disque plus pop…

Did you listen to it, Nico? (to his manager, Nicolas, present during the interview)

Nicolas: Yeah, he’s definitely more secure about what he does. He’s gained charisma and confidence. This second album will be more in line with the person he became now. It’s really great it went like that.

Toi tu l’as écouté Nico ? (à son manager, Nicolas, présent pendant l’interview)

Nicolas : Ouais je trouve qu’il y a plus d’affirmation dans ce qu’il dégage. Il est plus sûr de ce qu’il fait. Au départ, c’était un peu sur la pointe des pieds, mais je vois qu’à chaque fois, il y a des marches qui sont gravies et … je pense que … Yann, tu vois, je parle comme ça mais ...

C’est un moment très Vivement Dimanche qu’on est en train de vivre.

Nicolas : Haha, tu as pas un chien, là ? Non, c’est juste que je vois qu’il rentre de plus en plus dans un costume qui au départ pouvait paraître un peu grand pour lui. Ce deuxième album va correspondre à cette personne qu'il est devenu. C’est cool que ça ce soit passé comme ça, progressivement, surtout à notre époque où limite les groupes créent une page Facebook avant d’avoir produit le moindre morceau.

READ WORDFROM OTHERS