Welcome to wordfrom

We interview artists.
We photograph them.
We put the result here.

Make sure you don’t miss out :

wordfrom

part of vice content network
sound_pellegrino

Sound Pellegrino

Interview — Mohamed Sqalli
Photography — Jean-Baptiste Sinniger

share

Parisian label Sound Pellegrino has been a cutting-edge actor of the French electronic music scene for the last 5 years. Its founders, Teki Latex and DJ Orgasmic look to reinvent electronic music the same way they did in the early 00's with rap act TTC : with generosity and a little bit of effrontery. We have been given the opportunity to ask a few questions to Teki Latex.

Hi there, how are you? How did your last show « Bosses » at Showcase club go?

Hello, comment ça va? Comment s’est passé la soirée Bosses ?

I’m doing great! One week after, I’m still thrilled by that night. I’m really happy when everything goes as planned and to have been able to make more than a thousand people dance to challenging sets such as the ones of Bok Bok, L-Vis 1990, Kowton, Orgasmic and I.

Ça va très bien ! Une semaine après j'ai la tête encore pleine de souvenirs joyeux suite à la soirée Bosses. Je suis trop content quand un plan se déroule comme prévu. Trop content d'avoir fait danser plus d'un millier de personnes sur des sets exigeants de Bok Bok, L-Vis 1990, Kowton, Orgasmic et moi. 

A few days ago, Sound Pellegrino released SND.PE Vol. 4, your 3rd in a year. Why the rush?

Il y a quelques jours est sortie la compilation SND.PE Vol.4, la 3ème en un an. Pourquoi cet empressement ? 

In the contrary, I think that thanks to these compilations we take our time to build the identity of the label brick by brick. We need to release stuff on a regular basis because our musical tastes and electronic music in general change fast. We want our releases to remain newsworthy. In the beginning of Sound Pellegrino, it meant releasing an EP every 3 weeks. Now, we’re in a rhythm in which we release two compilations a year. All these releases shape the identity of Sound Pellegrino and lay the foundations of albums like Matthias Zimmerman’s, that is due before the end of the year. I can assure you we won’t slow down as long as we are excited. 

Au contraire, avec ces compilations on prend notre temps pour construire brique par brique l'identité du label. On a besoin de sortir des choses régulièrement parce que nos goûts, la musique de club et la musique électronique en général évoluent vite. Notre but est d'être fidèles à la réalité de cette musique. Au début de Sound Pellegrino ça voulait dire sortir un maxi toutes les trois semaines. Aujourd'hui ça veut dire deux compilations par an : une d'été et une d'hiver. Et avec le temps toutes ces sorties dessinent une certaine identité pour le label qui va servir de fondation pour porter des albums comme celui de Matthias Zimmermann qui arrivera avant la fin de l'année. On ne ralentira pas tant qu'on sera excités. 

teki

Tell us about the new faces that we can find in SND.PE Vol. 4. Doline in particular, who made the first track.

Explique-nous un peu qui sont les nouvelles têtes qui sont présentes sur cette compile, notamment Doline, qui fait le premier track. 

Doline is a prodigy. He’s an assistant at Rinse France, a Parisian radio. One night, he told me after our show that he had been influenced by a mix I made called "Deconstructed Trance Reconstructed". It was a conceptual reflection about trance music made of collages. I listened to his work and it appeared that he applied to his tracks what I tried to do on that mix. The result was outstanding and crystalline. We loved it so much we took him under our wing immediately. There’s also Martel Ferdan with his track “Toy Gun” in this compilation. He’s a French globe-trotter who’s in the beginning of his career and already gives signs of genius. There’s also Moleskin, who is a versatile producer, capable of bringing futuristic and nervous tones as well as melodic, nearly ambient ones. To me, along with Sudanim and CYPHR, he’s part of the young English scene that is going to be on the next level this year.

Doline c'est un petit prodige. Il est assistant à la radio parisienne Rinse France, un soir après notre émission bimensuelle il vient me voir en me disant avoir été influencé par ce mix un peu "conceptuel" que j'ai fait intitulé "Deconstructed Trance Reconstructed", une sorte de réflexion sur la Trance faite de collages. Il me fait écouter son travail et en effet il a transposé et synthétisé au sein même de ses morceaux ce que j'ai tenté de faire en mixant des morceaux ensemble. Le résultat est hyper beau et crystallin. On a tellement été impressionnés qu'on l’a immédiatement pris sous notre aile. On peut aussi parler de Martel Ferdan qui signe "Toy Gun" sur la compilation. C'est un français globe-trotter qui en est au tout début de sa carrière et qui donne déjà des signes de génie. Au rayon nouvelles têtes il y a aussi Moleskin. Son track pour la compil est un morceau de grime un peu minimaliste mais il a plus d'une corde à son arc, ses deux maxis sortis en 2014 sont des bijoux dans deux styles complètement différents, l'un dans un registre club music futuriste et nerveuse influencée par la B-more et la house filtrée, l'autre über-mélodique et presque ambiant. Lui, Sudanim et CYPHR font partie de la jeune garde anglaise qui va exploser en 2015.

You said in an interview “in music, I’m fascinated by restraint and I think that the purity of feelings can only be expressed through decency”. Does it mean that the period when you invited people to “brush their teeth with your sperm” is over?

Tu dis dans une interview pour Tsugi hier « En musique je suis fasciné par la retenue et j'estime que la pureté des sentiments ne peut s'exprimer qu'à travers une certaine pudeur. » L’époque où tu invitais les gens à « se laver les dents avec ton sperme » est donc révolue ? 

First of all, indeed the period where I used to rap is over. I try not to speak too much about my musical past. Second, I speak of decency in terms of music, not in composition or rap lyrics. At that time, I already was into musical minimalism in order to emphasize on the lyrics. I hardly listen to rap music anymore and more generally, I’m not touched by music with lyrics. Let’s say I’m more and more fascinated by subtlety.

Premièrement oui, elle est complètement révolue puisque je ne rappe plus et que j'ai tendance à ne pas trop m'attarder sur le passé de ma ou mes carrières. Deuxièmement quand je parle de pudeur je parle de musique, de composition pas de textes de rap. A l'époque j'étais déjà pour le minimalisme musical afin de mettre en valeur mon maximalisme littéraire. Aujourd'hui je n'écoute quasiment plus de Rap et ne suis plus trop concerné par la musique avec des paroles à quelques exceptions près. En revanche je suis de plus en plus fasciné par la subtilité.

dj orgasmic

You’re familiar with major labels, weren’t you wary of Barclay when they approached you to sign a licensing contract?

Tu es assez familier du monde des majors, tu n’étais pas méfiant quand Barclay t’a approché pour un contrat de licence ?

Not that much, it’s not the kind of contracts I signed to EMI for my solo album at the time. This licensing contract gives us the freedom to do whatever we want and gives them the ability to give us a hand on developing our projects. We work on our releases as we always did and if they like them, they help us, just like they did on SND.PE vol.4. It’s a win-win deal. There are less concerns compared to an artist contract for instance.

Non, c'est pas le même genre de contrat que celui que j'avais signé avec EMI à l'époque de mon album solo. C'est un contrat de licence et on fait ce qu'on veut jusqu'au moment où ils décident s'ils veulent nous donner un coup de pouce ou pas. On bosse sur les projets comme on a toujours fait et s'ils aiment ils nous aident comme sur SND.PE vol. 4. Tout le monde est gagnant. Il y a moins d'enjeu des deux côtés que si c'était un contrat d'artiste.

You’re about to release Matthias Zimmermann’s album, Sound Pellegrino’s first. How do you prepare this important step for the label?

Vous vous apprêtez à sortir l’album de Matthias Zimmermann, le premier de l’écurie Sound Pellegrino. Comment vous préparez cet événement ?

First of all, we curate the numerous demos Matthias already made, setting up collaborations and studio sessions. Our aim is to install Matthias in the strong position of a producer whose vision and universe are unique, something organic and synthetic at the same time. I could compare his album to a shoe in which noble leather and experimental materials live together.

En faisant un gros travail de selection parmi les nombreuses démos que Matthias a sous le coude, en finalisant une collaboration par ci et une séance de studio par là, en continuant d'installer Matthias en tant que producteur à la vision et à l'univers uniques avec une couleur de son à lui à la fois boisée et synthétique. L'album de Matthias je dirais que c'est un peu une chaussure sur laquelle cohabitent un cuir noble et de nouveaux matériaux expérimentaux. 

After 5 years of existence, what is the purpose of Sound Pellegrino?

Après 5 ans d’existence, quel est l’objectif de Sound Pellegrino ?

After 5 years, we’re not into objectives anymore. We’re mainly talking setting up systems and artistic processes. Everything that would permit us to think in the long run and to install us for good.

Après 5 ans d'existence on ne se focalise plus sur les objectifs mais sur les systèmes, sur les chemins, ce qui nous permet de voir à plus long terme et de nous installer pour de bon. 

teki1

What would you answer to the people who point out the little artistic coherence in Sound Pellegrino’s releases?

Qu’est-ce que tu réponds aux gens qui disent qu’il y a peu de cohérence artistique dans les sorties Sound Pellegrino ? 

I would answer that as far as we are concerned, we see the artistic coherence in what we do. Refusing to stay in a box doesn’t mean that we’re being incoherent. We have a crossways vision. We think in terms of intensity, textures or impression rather than in terms of musical styles. This is why we find coherence in our releases. This compilation is about melody, the one before it was about rhythm, etc… It’s the way we’ve always been thinking from the beginning, when we mixed rap and electronic music with TTC or our previous label Institubes. At that time, everybody thought we were crazy.

Je réponds que nous, nous voyons clairement la cohérence artistique dans ce qu'on fait. Je réponds que le fait de refuser de choisir d'entrer dans une case ce n'est pas de l'incohérence artistique. Notre vision est transversale par rapport aux genres musicaux, on réfléchit en termes d'intensité, de textures, d'impressions et de complémentarité plutôt qu'en termes de styles musicaux et pour nous la cohérence entre nos sorties fait sens. Nous avons fait une compilation centrée sur le rythme (le volume 3), celle ci est centrée sur la mélodie, la prochaine démontrera la complémentarité des deux. On réfléchit comme ça depuis le début, quand nous mélangions rap et musique électronique chez TTC ou Institubes à l'époque ou personne ne le faisait et les gens nous prenaient déjà pour des fous. 

You distanced yourself from pop music since your solo project in 2006. Is it something that still interests you?

Tu as pris tes distances avec la pop depuis ton projet solo. Mais est-ce que c’est quelque chose qui continue de t’intéresser ?

Let’s say that contemporary pop music isn’t what excites me the most currently. I remarked recently that I gave it up when pop stars began to care too much about their online presence. Social networks have broken all the mystery there was between the stars and their fans.

Disons que la pop contemporaine ce n'est pas ce qui m'excite le plus en ce moment. J'ai récemment remarqué que j'ai lâché l'affaire au moment les pop stars ont commencé à trop se préoccuper de leur présence online. Les réseaux sociaux ont réduit le fossé entre la star et ses fans et ça a détruit une partie du mystère pour moi. 

Tell me about the latest pop project you liked. 

Parle-moi du dernier projet pop que tu as aimé ? 

I love Chandelier by Sia. I can’t explain exactly why but maybe it’s kind of reassuring. Yet, I find all her universe creepy as hell with all the miming and the contemporary dancing. It’s worth a Portlandia episode. But every time Sia opens her mouth, it works instantly on me. Maybe because there’s a lot of work and virtuosity behind this project. 

J'adore Chandelier de Sia, je ne sais pas trop expliquer pourquoi et c'est ça qui est rassurant peut-être. Pourtant l'habillage est dégueulasse avec ses clowns-mimes et ses danseuses contemporaines dignes d'un épisode de Portlandia… mais dès que Sia ouvre la bouche ça marche sur moi à fond, pourquoi ? Certainement parce que derrière il y a un travail de malade, une virtuosité incontestable, un génie musical total...

Follow Wordfrom on FacebookTwitter or Instagram.

READ WORDFROM OTHERS